top of page

FSS Security Talks passés

14. FSS Security Talk | Sécurité de l'approvisionnement, 4 septembre 2023

La prospérité et la sécurité de l'approvisionnement de la Suisse sont très étroitement liées aux chaînes d'approvisionnement mondiales. Les guerres, les conflits, les catastrophes, les accidents et autres "événements" peuvent brusquement affecter les chaînes d'approvisionnement, voire les interrompre complètement. Il en résulte des difficultés d'approvisionnement, une pénurie de marchandises et une hausse des prix. Les conséquences d'une dépendance à l'égard de certains pays et entreprises de production sont particulièrement visibles dans le domaine des médicaments où, depuis des années, les médicaments se font rares, voire absents, car la plupart des principes actifs et des substances médicales de base ne sont plus fabriqués qu'en Chine ou en Inde. C'est pourquoi des pays comme les États-Unis ou la France ont commencé à rapatrier la production de substances médicales de base sur leur territoire.

Sous les mots clés "de-coupling" ou "de-risking", d'autres secteurs tentent également de réduire leur dépendance, notamment vis-à-vis de la Chine. Simon Evenett, professeur de commerce international et de développement économique à l'université de Saint-Gall, a toutefois montré dans son discours d'ouverture que ce "de-coupling" n'a souvent lieu que sur le papier, mais pas dans la réalité. Dans le même temps, il a plaidé pour que la sécurité d'approvisionnement ne soit pas considérée comme un problème de mondialisation, mais comme un problème d'approvisionnement. L'histoire montre qu'une ouverture vers l'extérieur et une plus grande diversification ont été nettement plus efficaces que le protectionnisme.

Hans Häfliger, le nouveau délégué de la Confédération à l'approvisionnement économique du pays, a lui aussi souligné l'importance de la prévoyance lors de sa première apparition publique. Dans le même temps, il a clairement expliqué que l'économie est en premier lieu responsable de l'approvisionnement du pays et que l'OFAE n'intervient qu'à titre subsidiaire. Il existe toutefois en Suisse une collaboration importante et bien rodée entre l'économie privée et certaines autorités et spécialistes de la branche. Le système des réserves obligatoires, qui semble susciter un grand intérêt à l'étranger, en est un exemple.

Lors de la table ronde extrêmement passionnante qui a suivi, d'autres spécialistes reconnus ont pris la parole aux côtés du Dr Hans Häfliger : Martine Ruggli, présidente de la Société suisse des pharmaciens pharmaSuisse, Dr Alexander Muhm, nouveau responsable du trafic marchandises et membre de la direction du groupe, CFF SA, ainsi que Rainer Deutschmann, responsable de la direction Sécurité & Transports à la Fédération des coopératives Migros. Trois thèmes centraux ont été discutés : "Chaînes d'approvisionnement mondiales et sécurité de l'approvisionnement", "Point névralgique : l'approvisionnement en médicaments" et "Gestion de crise et mesures visant à accroître la sécurité de l'approvisionnement". Vous trouverez les conclusions instructives de ce panel, suivi par près de 90 participants intéressés, dans le rapport de syntèse.

 

Galerie de photos:

(Photographe: Monika Flückiger)

13. FSS Security Talk | Réexportation de matériel de guerre, 20. avril 2023

Comment la Suisse peut-elle se sortir de ce dilemme qu'elle a elle-même provoqué entre le droit de la neutralité et la solidarité avec l'Ukraine exigée au niveau international ? Et comment réussir à trouver une conception réaliste et à long terme de la neu-tralité, applicable non seulement à la guerre en Ukraine, mais aussi à d'autres menaces belliqueuses ?

Ces questions importantes étaient au centre du 13e FSS Security Talk sur le thème "La Suisse prise en étau entre le droit international, le droit de la neutralité et la réexportation de matériel de guerre". La manifestation a été ouverte par Roland Borer, ancien conseiller national et membre du comité directeur de la FSS. Il a salué la centaine de participants intéressés, dont de très nombreux jeunes participants / étudiants, et a souligné la grande importance de ce thème d'actualité.

Le 13e FSS Security Talk a débuté par deux exposés très instructifs. Simon Plüss (ministre, chef suppléant du domaine des relations économiques bilatérales, chef du secteur Contrôle de l'armement et politique de contrôle de l'armement, SECO) a tout d'abord donné un aperçu des fondements et des développements de la politique de contrôle de l'armement de la Confédération. Prof. Christoph Frei (spécialiste en sciences politiques et professeur de relations internationales à l'Université de Saint-Gall) a ensuite ouvert l'horizon temporel et géographique avec un exposé sur la neutralité suisse dans le contexte historique et géopolitique.

Lors de la table ronde qui a suivi,  les intervenants Roland Borer et Prof. Christoph Frei ainsi que le conseiller national Mauro Tuena (président de la CPS-N) et  Dr. Stefan Brupbacher (directeur de Swissmem) ont discuté des perspectives d'action correspondantes pour la Suisse et des défis centraux pour l'industrie suisse de l'armement et la neutralité. Il est apparu que la conception actuelle de la neutralité constituait un obstacle pour l'industrie suisse de l'armement et qu'elle suscitait l'incompréhension à l'étranger. Malgré l'unanimité sur la nécessité d'agir, il est difficile de trouver des majorités politiques pour adapter la politique suisse de contrôle de l'armement.

Vous trouverez le rapport détaillé ici.

 

Galerie de photos:

Ich bin ein Textabschnitt. Klicke hier, um deinen eigenen Text hinzuzufügen und mich zu bearbeiten.

12. FSS Security Talk | Politique de défense, 7. novembre 2022

"Nous devons être préparés au pire des scénarios - c'est-à-dire à celui de la défense" | "Ce serait une grave erreur de sous-estimer à nouveau le rôle de la puissance militaire dans les relations internationales" | "La montée en puissance de l'armée suisse a déjà commencé !" | "La jeune génération est prête à se battre pour un monde meilleur"

Ce sont là quelques-unes des principales déclarations faites lors du 12e FSS Security Talk sur le thème "Un tournant pour la politique de défense (suisse) ?" La manifestation a été ouverte par le Conseiller aux Etats et président du CPS-E, Werner Salzmann. Il a souhaité la bienvenue aux orateurs de haut niveau, aux invités du panel et aux 110 participants intéressés, dont de nombreux jeunes participants/étudiants, et a souligné la grande importance du thème actuel.

La 12e édition des FSS Security Talks a débuté par trois présentations informatives. Tout d'abord, Jörg Vollmer (Général lib, Forces armées allemandes) a dressé un tableau clair et sans complaisance de la politique de sécurité en Europe. Tout aussi passionnant a été l'exposé de Claude-France Arnould (ancien directeur exécutif de l'Agence européenne de défense) qui a expliqué la complexité de la politique européenne de sécurité et d'armement et les positions pas toujours congruentes de la France et de l'Allemagne. Ensuite, le cdt de corps Thomas Süssli (chef des forces armées) a pris la parole. Il a précisé la situation actuelle de l'armée suisse en termes d'équipement, de capacités et d'effectifs, ainsi que les mesures à prendre d'urgence pour restaurer la capacité de défense de la Suisse.

Dans le débat qui a suivi, Mme Arnould et M. Vollmer ont été rejoints par Werner Salzmann (président du CPS-E), le professeur Holger Mey (vice-président des concepts avancés, Airbus Defence and Space) et Hans-Peter Kellerhals (Divisionnaire lib, rédacteur en chef adjoint de l'ASMZ), trois experts en sécurité reconnus. Ils ont clairement exposé les conséquences et les grandes leçons de la guerre en Ukraine pour l'Europe et la Suisse et le temps qu'il nous faudra pour retrouver une capacité de défense crédible.

Vous trouverez le rapport détaillé ici

 

Galerie de photos (Photographe : Daniel Saxer)